Background ca-banquedirecte.com

Mobilité bancaire : l’échec de l’engagement des banques

Alors que la mobilité bancaire s’est montrée une meilleure solution à la défaillance des services traditionnels bancaires, le dispositif mis en place pour faciliter les démarches de déplacements latéraux entre deux banques ne semble pas apporter l’effet escompté. Rappelons tout de même que ce dispositif, qui aurait été géré essentiellement par les banques, par SEPAmail, sans aucun prélèvement de frais du bénéficiaire du compte en mobilité, s’avère mythique d’exécution.

Mobilité bancaire : les banques auraient-elles failli à leur engagement?

Si jusqu’ici, les mérites vantés par la loi Macron n’auraient pas fait ses preuves, l’UFC Que choisir, agissant en qualité de garant des droits des consommateurs, préconise la portabilité du compte bancaire.

Selon elle, le procédé serait relatif au changement opéré en matière de téléphonie. Suite à la mobilité bancaire : l’échec de l’engagement des banques aurait fait place à l’harmonisation, voire l’optimisation des frais bancaires, si seulement chacun des usagers pourraient partir de sa banque vers une autre, tout en gardant le même numéro de compte bancaire. D’après elle, cette révolution bancaire permettrait la réduction des tarifs, conséquence d’une meilleure compétitivité entre les différentes banques.

Mobilité bancaire : un bien fou pour les banques

Transfert de compte bancaire

Au lieu de favoriser les consommateurs, la loi Macron donne des ailes aux établissements bancaires. Si depuis le début de cette année avoir un compte courant a connu une hausse vertigineuse comparée à celle de l’inflation, soit 7% contre seulement mois de 3%, les frais de tenue de compte ont eux aussi flambés, 25% concrètement.

La mobilité bancaire : l’échec de l’engagement des banques, traduit une réelle satisfaction desdits établissements, qui bien qu’ayant œuvré pour le transfert digital des mouvements de domiciliation de compte bancaire, se frottent quand même les doigts, par rapport à la hausse des tarifs de leur service.

Dans la concrétisation de la mobilité bancaire: l’échec de l’engagement des banques réside sur le fait que l’augmentation des coûts ou tarifs des services n’est pas du tout rationnelle, l’on dénonce une intention d’extorquer le nécessaire au bénéficiaire de mobilité bancaire, comme s’il lui était reproché et facturé le fait de se désolidariser de sa banque d’origine.

Ainsi, les cartes de crédit à débit immédiat deviennent au fil des années, plus onéreuses que les cartes à débit différé, qui connaissent un réel succès par les plus modestes enclins au découvert, et le secours déguisé des banques s’enrichissant!

fr ch be ca